Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Association Belfortaine d'étude et de Protection de la Nature (ABPN)
  • Association Belfortaine d'étude et de Protection de la Nature (ABPN)
  • : Association créée en 1969 et basée à Belfort (90), l'ABPN agit pour la protection et la sauvegarde de la nature et de l'environnement sur le Territoire de Belfort (90).
  • Contact

Recherche

Archives

Liens

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 17:30
Plus de 30% des logements français sont équipés en chauffage électrique (en 2004), alors que cette proportion n'est par exemple que de 15% au Luxembourg, 10% en Autriche et 5% en Allemagne,
Le chauffage électrique est même interdit depuis 1985  au Danemark !
Autre chiffre, 80% de l’énergie électrique française est produite grâce aux centrales nucléaires.

centrale tricastin 01La centrale nucléaire de Tricastin (Drôme et Vaucluse) s'étend sur une surface de 600 hectares.

Le chauffage électrique, un chauffage a faible rendement énergétique.


Petit rappel : pour produire de l'électricité à partir d'une centrale nucléaire ou d'une centrale thermique classique (fuel, gaz, charbon), le principe est le même, on utilise l'énergie calorifique produit par la combustion du fuel, gaz ou charbon, ou dans le cas du nucléaire par le dégagement exothermique entraîné par la fission d'atomes d'uranium, pour chauffer de l'eau qui se transforme en vapeur faisant tourner des turbines qui produisent de l'énergie électrique grâce à un alternateur.

schema centrale thermiqueSchéma d'une centrale thermique type.

schema centrale nucleaire
Schéma d'une centrale nucléaire type.
Le rendement de ces centrales sont d'environ 40%. Cela fait déjà 60% de pertes.
Une fois produite, l'électricité doit être transportée sur de longues distances, ce qui entraîne encore 10% de pertes.
Une fois arrivée au convecteur cette énergie électrique est transformée en énergie calorifique, donc en chaleur, avec un rendement de 100% en théorie. Ce qui donne au final un rendement de seulement 30%. (100-60-10=30)

A comparer avec les autres modes de chauffage :

- Chauffage au bois : de 60 à 90 % selon le type d'appareils.
- Chauffage au fuel : 75 à 100% (et au delà) selon le type d'appareils.
- Chauffage au gaz : 80 à 100% (et au delà) selon le type d'appareils.

Le chauffage électrique, source d'inégalités sociales.

Pour des raisons de coûts d'installation plus faible que pour les autres formes de chauffage, le chauffage électrique est très majoritairement installé dans les logements ou les maisons individuelles à bas coûts destinés aux revenus modestes à moyens. Logements ou maisons qui sont également mal isolés au moins en ce qui concerne l'habitat ancien.
Le cout du chauffage électrique étant plus important que celui des autres formes de chauffage, les ménages à revenus modestes sont parfois confrontés à un choix douloureux : celui de ne pas se chauffer ou faire face à des factures impayés.

Pour voir un comparatif des prix au kw/heure des différentes modes de chauffage voir ici.

Le chauffage électrique, un coût élevé pour la collectivité.

Le coût du kwh électrique d'origine nucléaire ne tient compte ni du coût exorbitant de construction d'une centrale nucléaire ni de son démantèlement et du stockage et de la surveillance des déchets pendant un temps indéfini.
Chaque construction de centrale nucléaire nouvelle de type EPR comme celle de Flamanville (Manche) coûte au moins 4 milliards d'euros. Le coût du démantèlement d'une centrale est difficilement évaluable, mais par exemple celui de Brennilis qui n'est pas encore fini, est déjà de 482 millions d'euros alors qu'il ne s'agit que d'un réacteur de 70 mégawatts (au moins 900 pour les autres centrales).
Vu qu'il y a 58 réacteurs nucléaires en France, calculez le coût de démantèlement de tous ces réacteurs si l'on prends un coût de 500 millions d'euros par centrale. Et ce n'est qu'un minimum !

Il revient plus cher de produire de l'électricité en hiver compte tenu de la demande importante provenant du chauffage électrique, et pourtant le tarif de l'électricité reste le même tout au long de l'année. Le sur-coût se répartit donc sur tous les usagers du réseau électrique même ceux qui ne se chauffent pas à l'électrique ! EDF envisage à l'avenir de moduler les tarifs et de surtaxer aux heures de pointe, histoire de pénaliser encore plus ceux qui utilisent ce mode de chauffage !

De plus, du fait de l'ouverture du marché électrique depuis 2007 et la fin des tarifs réglementés de l'électricité prévue initialement en 2010 puis repoussée, mais qui finira par arriver, les tarifs augmenteront fortement et rapidement pour se rapprocher du prix du marché fixé par rapport au kwh le plus cher, fournit par les centrales au charbon d'Allemagne.
Pour information le prix du kwh d'électricité est 20% plus chère en Belgique, 40% plus chère aux Pays Bas, +50% en Allemagne et en Irelande, +80% au Danemark.
Cela risque de faire exploser le nombre de factures impayées à l'avenir, factures qui sont souvent prises en charge par le "Fond social énergie" alimenté chaque année par EDF et les collectivités. EDF ne prenant en compte que le tiers des sommes, les 2/3 restant étant à la charge de des communes (CCAS), des départements (Fonds départemental aux impayés d’énergie géré par LADDASS et la DRASS, les CAF, les associations caritatives. Ce sont plusieurs centaines de millions d'euros qui sont dépensées chaque année et qui seraient plus utiles de l'être autrement.

Le chauffage électrique, pas si écologique qu'on veut bien le dire.

On met souvent en avant l'énergie nucléaire, source d'énergie électrique non productive de CO2, comme moyen de lutte contre le réchauffement climatique. Même si cela est en partie vraie de façon générale, cela l'est beaucoup moins en ce qui concerne le chauffage électrique. En effet en hiver EDF doit faire appel à ces centrales thermiques au gaz et au fuel pour satisfaire la demande, et en cas de très grand froid il importe de l'électricité produit le plus souvent dans les centrales à charbon d'Allemagne. Le bilan carbone n'est donc plus si favorable que ça !

Plus problématique au niveau environnemental est le traitement et le stockage des déchets radioactifs provenant des 58 réacteurs français dont on ne sait vraiment que faire à part vouloir les stocker à très grande profondeur en espérant que leur radioactivité présente pour des milliers voire des millions d'années suivants le type de déchet ne refera pas surface trop tôt. A ce propos lire les pages suivantes : (1) (2) (3)
Autre solution moins avouable de traiter ces déchets est de les exporter à l'étranger, c'est ce que fait EDF et Areva depuis de nombreuses années en direction de la Russie.
Voici une petite vidéo explicative signée Greenpeace.


Vous pouvez signez la pétition ici pour demandez l'arrêt de ces exportations.


Quelques unes des sources m'ayant permis de rédiger cet article : (1) (2) (3) (4) (5)

Pour aller plus loin :
- Réseau "sortir du nucléaire"
- Association négawatt


Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe - dans Gros plan sur...
commenter cet article

commentaires