Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Association Belfortaine d'étude et de Protection de la Nature (ABPN)
  • Association Belfortaine d'étude et de Protection de la Nature (ABPN)
  • : Association créée en 1969 et basée à Belfort (90), l'ABPN agit pour la protection et la sauvegarde de la nature et de l'environnement sur le Territoire de Belfort (90).
  • Contact

Recherche

Archives

Liens

26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 18:00

Pour ceux qui ne sont pas venus à la sortie du 24 avril 2010 à la Miotte, voici quelques photos prises par Agnès GRESET accompagnées de commentaires de la même Agnès.

 

P4240685ab

 

Orchis mâle (orchis mascula), l'une des premières orchidées du printemps. Les sépales latéraux se dressent comme des ailes. La fleur varie du rose au rouge violacé. L'éperon, chargé de nectar, qui prolonge le labelle est dressé (eh oui, c'est un orchis mâle!) Attention, il n'y a pas d'orchis femelle. Le labelle a une zone centrale blanche qui porte des rangées de taches pourpre. Chaque fleur est protégée par une bractée quand elle est en bouton.

 

P4240695.af

 

Orchis bouffon (orchis morio). Casque veiné . Le labelle est plus large que long. Une zone centrale blanche porte des taches rondes rouge foncé. L'éperon assez trapu est aplati et échancré au bout. L'épi de fleurs est plus court que celui de l'orchis mâle. C'est l'orchidée la plus précoce avec l'orchis mâle.


P4050331aa 
Dans le sous-bois, les feuilles toutes nouvelles de l'hépatique trilobée (hepatica triloba). F. des renonculacées. Plante assez rare. Une spécialité : pendant les 8 jours que dure la floraison, les pétales doublent de longueur. Le nom évoque le nombre de lobes de la feuille, ressemblant aux lobes d'un rein. Employée autrefois contre les maux de rein. Légèrement vénéneuse.

 

P4240705ah 

Le sceau de Salomon (polygonatum odoratum) : liliacée vivace à gros rhizome charnu, qui porte de place en place les cicatrices de la tige de l'année précédente. Ces cicatrices ont la forme d'un sceau, d'où son nom. Plante toxique qui contient les mêmes substances vénéneuses que la digitale et le muguet.

Repost 0
Published by Agnès G. - dans Anciennes sorties
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 17:56


Quelques photos de la tournée de membres de l'ABPN au Ballon d'Alsace le 10 octobre 2009 sous la houlette de  Jean Claude Meuley.


Présentation des travaux et des coûts correspondants (total = 12.2 millions d'euros en investissement avec des subventions des CG, Etat et Europe- FEDER et FNADT)
Site très sensible puisque "site classé" et présentant des milieux naturels d'intérêt communautaire européen, notamment certaines pelouses situées sur les zones de travaux. Celles ci ont fait l'objet d'un "déplaquage" , d'un stockage pendant les terrassements, puis d'un replaquage manuel sur le support terreux reconstitué par les terrassements mécaniques.



Coûts de fonctionnement annuels des canons à neige sur les pistes : Il faudra compter environ 90 000 m3 d'eau par saison à 1 euro le m3 environ de mise en œuvre, soit pas loin de 100 000 euros par an : Pompage, transport, fonctionnement des canons, réseau enterré, mise en oeuvre neige de culture, surveillance. (Renseignements obtenus lors de la visite générale du 14 novembre 2009 avec les élus locaux et le SMIBA)




JR
Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 21:36

Sortie ABPN du 28 juin 2009

Réserve Naturelle du Grand Ventron

 

 

Par un beau matin d’un dimanche de juin  ensoleillé, la troupe de l’ABPN s’ébroue

en compagnie de Bruno MUZZATTI, accompagnateur de montagne et guide naturaliste.

 

 

 

 

 

 

 

Digitales pourpres :

ses feuilles, qui contiennent de la digitaline sont utilisées en médecine comme cardiotonique.




Une flore riche et variée ...

... composée d'orchidées

 

 

 

Pour soigner les oedèmes, coups, bleus, mais aussi les entorses et les vieilles douleurs, rien de tel que l’ARNICA. Sur cette fleur d'Arnica un Moiré (Erebia sp.) s'est posé.



Enorme fourmillière qui n'aime ni les faucheuses modernes ni les pesticides




Déjeuner pique nique au sommet du Ventron (1204 m.)




Grand moment de plaisir que cette reprise pédestre pieds nus sur la douce pelouse du sommet




Et retour sur le plancher des vaches ... vosgiennes.


JR
Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 15:28

 

Sortie ABPN à FRIBOURG en BRESGAU du samedi 13 septembre 2008.

 

 

            C’est sous une pluie battante et à l’initiative de l’ABPN (Association Belfortaine de Protection de la Nature) qu’une quarantaine de belfortains ont rejoint samedi 13 septembre la ville de Fribourg en autocar.

Ville universitaire d’environ 200 000 habitants intra muros, Fribourg s’est rendue célèbre par son « Quartier Vauban », ancienne caserne militaire abandonnée en 1992 et reconvertie en logements résidentiels de haute qualité écologique privilégiant le fameux concept de « développement durable ». Principe souvent affirmé globalement mais peu pratiqué localement.

 Deux milliers de logements  accueillent sur une quarantaine d’hectares  5000 habitants environ composés principalement de jeunes familles d’un niveau plutôt aisé.

 

 

 

 

Les déplacements et transports : Priorité au piéton et au cycliste

 

 

Ils sont résolument orientés  vers la marche à pieds et la bicyclette, petite reine fribourgeoise, dont la ville a favorisé le développement an liaison avec d’autres modes de transports doux.  Près de la gare a été créée une plate forme « multimodale » associant train, tramway, bus, voitures associatives partagées et garage spécial  dédié au vélo. Ce garage gardé stocke sur plusieurs niveaux des centaines de vélos de propriétaires ou de location que chacun utilise à son gré pour ses déplacements urbains.

 

 

 

Le quartier Vauban : calme et verdure

 

Ce qui impressionne d’entrée, c’est le silence dû à la quasi absence de circulation automobile et l’écrin de verdure arborée qui enveloppe ces résidences. Il y règne une ambiance de village rural dans lequel on sent qu’il fait bon vivre.

 

 

 

 

 

Les bâtiments de l’ancienne caserne ont été rhabillés et isolés par des façades isolantes en planches de bois du plus bel effet. Le règlement d’urbanisme n’impose pas de tons uniques dans la coloration des matériaux.

 

 

 

Les voitures sont stockées et cachées dans des garages-silos recouverts de panneaux solaires.

 

 

 

L’énergie : panneaux solaires et bois énergie

 

 

 

Les panneaux photovoltaïques et  solaires sont utilisés en toiture. L’énergie produite et stockée permet d’assurer la quasi autonomie des résidences dont l’isolation poussée permet une consommation très réduite.

 

 

Près de 65% de l'électricité utilisée par le quartier Vauban provient de ces panneaux ainsi que de la centrale à cogénération au bois déchiqueté (productions d’électricité et de chaleur fournie aux résidences par un réseau collectif de chaleur enterré).

 

Rappel : le bois, contrairement aux énergies fossiles comme le fuel, le gaz ou le charbon, est une énergie renouvelable et dont le bilan en émission de gaz carbonique à « effet de serre » est nul.

 

 

 

Centrale collective au bois énergie

 

Maisons passives et faible consommation d’énergie

La maison passive a pour concept de minimiser les déperditions thermiques dans le bâtiment et d'utiliser de façon optimale l'énergie apportée par le soleil. Les besoins de chauffage doivent être minimisés sans pour autant utiliser l'énergie solaire à outrance. La maison est vivable et confortable en hiver tout comme en été.

Dans une habitation, la chaleur a trois principales origines : le soleil, le système de chauffage et la chaleur diffusée par les corps et les appareils électriques. La valorisation de l'énergie solaire accroît l'autonomie du bâtiment et réduit ainsi sa consommation d'énergie. L'exigence du standard Habitat passif est une consommation d'énergie de chauffage inférieure à 15 kWh/m²/an. Ce qui équivaut à environ la consommation de 1,5 litre de mazout/m2/an, tout en sachant qu'une construction récente bâtie selon les normes en vigueur nécessite six litres.

 

 

Une maison construite avant les années quatre-vingt utilise près de 250 kWh/m² par an, soit 15 fois plus que la maison passive. Les normes instaurées par la suite ont permis de diminuer cette valeur de moitié. Actuellement les maisons à basse énergie consomment 30 kWh/m² par an, soit dix fois moins.

La maison passive fait la chasse à toute déperdition thermique, tout en mettant à profit l'énergie du soleil. Cela sous-entend l'emploi d'une isolation très poussée, l'utilisation de fenêtres super isolantes et d'une ventilation avec récupérateur de chaleur.

En moyenne, Les bâtiments « Vauban » ne doivent pas consommer plus de 65 kWh/m² par an en énergie.

Gestion de l’eau : infiltration des eaux de pluie dans le sol

Il convient de signaler que les eaux de pluie ne sont pas, comme c’est souvent le cas, collectées et rejetées dans les cours d’eau par de coûteux ouvrages hydrauliques (buses en béton armée enterrées), mais dirigées dans des tranchées drainantes à ciel ouvert où elles permettent après infiltration et  filtration naturelles un retour dans la nappe phréatique du sous sol. Autre avantage du système : les cours d’eau montent moins vite en cas de fortes précipitations et la nappe souterraine se recharge en eau potable.

Autres aménagements permettant d’économiser l’eau traitée destinée à la consommation humaine :

•  les toilettes des écoles fonctionnent à l'eau de pluie ;

•  les particuliers sont invités à récupérer l'eau de pluie sur leur terrain et à la recycler pour certains usages : toilettes, jardins.

 

Processus démocratique de concertation et de décision

Les décideurs ont eu la sagesse d’associer dès le stade initial de conception des bâtiments et des espaces naturels  l’ensemble des acteurs locaux intéressés à travers de nombreuses  réunions de quartier (élus, associations, habitants, architectes, sociologues …) C’était un gage de réussite et d’appropriation collective.

 

Conclusion provisoire:

 

Ce quartier exemplaire à plus d’un titre peut nous inspirer et doit nous inciter à des transpositions locales permettant de concrétiser le développement durable à faible consommation d’énergie, notamment lorsqu’il s’agit de logements et de quartiers sociaux dont il convient de limiter les charges payées par des locataires à revenu limité.

 

 Ces aménagements permettent également une meilleure qualité de vie générant moins de stress quotidien, donc moins de maladies et d’accidents. Ce sont donc des économies pour l’ensemble de la société.

 

 

 

JR

 

Repost 0